Les angoisses des parents 

«Mais si on ne leur apprend pas, si on ne leur propose pas des choses à faire comment vont-ils apprendre ? »

Véronique, maman d’une ado de 12 ans, membre de l’école pétillante.

En mettant ma fille à l’école Pétillante, j’ai dû comprendre ce que la philosophie d’une école démocratique impliquait dans le quotidien de l’école. Un des points fondamentaux, qui est d’ailleurs un point sur lesquels de nombreux parents n’arrivent pas à lâcher prise  est le fait que non seulement les enfants sont libres mais surtout personne ne décidera pour eux quand ils doivent apprendre, ni ce qu’ils doivent apprendre, concrètement cela veut dire que les enfants ne sont pas sollicités, ils ont tout à disposition mais on ne les tente pas, on ne les appâte pas…..C’est à eux à venir vers tel ou tel sujet ou activité.

J’ai fait une analogie pour bien comprendre  avec l’alimentation car la culture est bien la nourriture du cerveau,

Ne pas nourrir un enfant est un peu rude, il aura faim, ou pire oubliera de manger, notre responsabilité de parents est omniprésente sur cette fonction, car notre culpabilité nous rappelle à l’ordre, or on n’a jamais vu un enfant se laisser mourir de faim…En effet, à un moment quand le besoin s’en fera ressentir il trouvera de quoi se nourrir. Et là, un nombre incroyable de compétences seront déployées : chercher, tester, couper, cuisiner, gouter, organiser, escalader, attraper… par l’enfant pour satisfaire sa faim.

Dans une école démocratique le même principe est utilisé dans les apprentissages, on ne « nourrit pas » les enfants, on ne leur « mâche » pas les savoirs. Alors c’est sûr, il va falloir que la faim de nourriture intellectuelle – sociale- culturelle, se fasse sentir, et elle le fera, de nombreux anthropologues, pédagogues, psychologues s’accordent à cela, et alors nos enfants auront acquis la confiance en eux pour déployer l’énergie nécessaire, auront choisi des choses goûteuses pour leur cerveau, et auront donc utilisé un grand nombre de compétences,  et des compétences qui vont bien au-delà de la seule fonction « d’avaler » du savoir pré digéré.

%d blogueurs aiment cette page :